Chaque patient arrive avec un ou plusieurs soucis de santé.

Je commence par  demander au patient de me raconter ce qui se passe pour lui. Quels sont ses symptômes? Où se localisent-ils? Que ressent-il? A-t-il découvert des manières de calmer ce mal ou des causes qui l’aggravent?

Pour l’homéopathe, ce ou ces symptômes sont importants car c’est ce qui fait souffrir la personne qui vient le consulter mais il représente aussi une «porte d’entrée» pour comprendre le fonctionnement de son énergie vitale.

Je vais ensuite me renseigner sur tout ce qui concerne la personne que j’ai en face de moi. Y a-t-il d’autres maux qui ne semblent n’avoir aucun lien avec les soucis exposés mais qui pourraient bien m’intéresser pour comprendre toute sa dynamique de santé?

Quelles ont été ses affections par le passé? Est-ce que ses soucis apparus ces dernières années s’expriment toujours en surface du corps? Touchent-ils des organes toujours plus profonds? Quand es-ce que le système immunitaire a-t-il pu exprimer de la fièvre la dernière fois ?

Je m’intéresse à comprendre comment cette personne réagit physiquement, émotionnellement et psychiquement dans la vie. Comment elle dort, par quel genre de goût elle est attirée, ce qui la touche émotionnellement etc…

Ce sont les caractéristiques les plus saillantes qui me permettront de trouver le remède correct pour ce patient.

Car l’homéopathe soigne avant tout un patient, et non pas uniquement ses symptômes. Il y a énormément de gens qui souffrent d’eczéma ou de migraine. Il y a des dizaines de remèdes capables de traiter ces symptômes. Mais seul le remède capable de couvrir toutes les caractéristiques du patient pourra venir à bout de son mal.

Un exemple pour vous faire une idée:

Un enfant vient en consultation car il a des douleurs au niveau des oreilles avec une toux sèche la nuit. J’apprends au cours de la consultation et des différents échanges avec la maman que c’est un enfant qui a souvent très soif, il adore manger des choses salées, comme du fromage ou des chips. Il n’aime pas aller à l’école et la maman m’explique également que ce n’est pas un enfant très démonstratif au niveau affectif. Plutôt solitaire et pas très en recherche de câlins. Il est en difficulté avec la séparation de ses parents et ne trouve pas sa place avec les nouveaux conjoints de ses parents. Quand je le regarde, il a un air sérieux et un peu tristounet. Ce sont tous ces éléments qui vont me permettre de trouver le remède, qui a non seulement réglé la toux et les douleurs d’oreille mais qui lui  a redonné de la joie de vivre et l’envie de communiquer avec son entourage.